Le saviez-vous ?Comment s’habiller éthique et durable à partir de matières recyclées ou réutilisées (upcycling)

22 août 2019Élodie1
https://www.marques-de-france.fr/wp-content/uploads/2019/08/Les-récupérables_upcycling-1.jpg
« Rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme », ce principe de chimie énoncé par Lavoisier, est en train de s’appliquer, doucement mais sûrement, au secteur du textile.

Deuxième industrie la plus polluante derrière l’industrie pétrolière, celle du textile s’opère à tous les niveaux : exploitation des ressources naturelles, traitements chimiques des matières premières (dont la coloration des fibres textiles), transport des vêtements finis jusqu’à leurs lieux de vente, mise en décharge ou incinération des vêtements usagés. L’inventaire est long et non reluisant…

Oxfam – l’industrie textile

 

Dans un contexte de changement climatique, d’épuisement des ressources naturelles et d’une pollution diffuse omniprésente (dans l’air, l’eau et les sols), des changements s’observent à la fois du côté des consommateurs et celui des marques. Voici une liste, non exhaustive, des démarches en cours qui limitent l’impact environnemental.

 

La slow fashion

En opposition à la “fast fashion“, il s’agit de mettre un frein aux modes printemps-été et automne-hiver, qui se renouvellent chaque année. De plus en plus de marques proposent des pièces intemporelles, simples, qui traversent les saisons et les années (Le T-shirt Propre, Les Sublimes…).

La marque Little Woude s’est même lancée le défi de fabriquer des vêtements évolutifs pour les enfants, afin que tous les vêtements puissent être portés pendant deux ans.

 

La qualité

Oubliez le tee-shirt bas de gamme, ultra-léger, transparent et qui se détend en dix lavages. Privilégiez des vêtements de qualité qui certes sont plus chers à l’achat mais perdurent avec le temps.

Par exemple, un t-shirt classique a une densité de tissage de 140 -160 g/m2, voire même moins pour des t-shirts premiers prix. Les plus résistants sont plus denses, avec un grammage de 180 à 200 g/m2 .

 

Le lin et le chanvre en remplacement du coton

Le coton nécessite une consommation très importante d’eau, même le coton bio. La production d’un tee-shirt 100% coton requiert jusqu’à 2 500 litres d’eau. De plus, le coton est l’une des cultures les plus traitées, nécessitant près d’un quart des insecticides produits dans le monde pour à peine 2,5% de la surface mondiale cultivée (source : Association Santé Environnement Auvergne Rhône-Alpes – SERA).

À contrario, le lin et le chanvre nécessitent beaucoup moins d’eau et sont des cultures bien plus résistantes aux ravageurs (demandant peu de traitements chimiques). En plus, la France est le premier producteur européen de chanvre et le premier producteur mondial de lin !

Vêtements en lin made-in-France
Splice

Le marché de l’occasion

Pour donner une seconde vie à ses vêtements, pour renouveler sa garde-robe à prix-mini ou bien pour acquérir des pièces de créateurs ou de maisons de haute couture qui vous ont toujours fait rêver mais, neuves, étaient à des prix prohibitifs.

Toutefois, ce n’est pas non plus une raison pour se faire livrer toutes les semaines des vêtements d’occasion car les moyens de transport ont un impact écologique. Surtout que le dernier kilomètre est considéré comme le plus polluant. Alors préférez les boutiques et les vide-dressings accessibles en transport doux.

 

L’Upcycling ou la réutilisation

Cela consiste à récupérer des matières finies et à les transformer en vêtements ou accessoires, comme :

Upcycling, les récupérables
Les Récupérables, Photo : Sébastien Tabarin

Le réemploi

Le réemploi concerne toutes les matières et tous les produits, qui ne sont pas considérés comme des déchets et sont réutilisés pour un usage identique.

Par exemple, cela se traduit par la récupération d’une robe pour un faire une tunique de petite fille ou créer un polo à partir d’une chemise. Cela fonctionne très bien pour réaliser des vêtements d’enfants à partir de vêtements d’adultes.

 

Le recyclage

Le recyclage est une opération de valorisation des déchets pour créer à nouveau une « matière première (recyclée) ».

On connaissait déjà les polaires fabriqués à partir de bouteilles en plastique (PET) recyclés. Le polyester recyclé est aussi utilisé pour la confection de sneakers (Ector) par exemple.

Les textiles peuvent aussi être recyclés et les fibres à nouveaux utilisées pour donner de nouveaux vêtements (Hopaal). La laine usagée peut également être ré-exploité pour en faire des baskets (Ubac).

L’avantage supplémentaire est que les fibres sont recyclées selon leurs couleurs, donc pas besoin de teinture.

 

Ces trois termes : réutilisation, réemploi et recyclage, répondent à une définition précise inscrite dans le code de l’environnement article L541-1-1.

Élodie

Actuellement chargée d’études en santé environnementale, j’ai à coeur d’informer et sensibiliser les individus, afin qu’ils soient des consommateurs avertis et aguerris.Le site Marques de France est géré en toute indépendance et n’appartient à aucune entreprise privée. Toutes les recherches effectuées et tous les contenus rédigés répondent à un unique objectif : promouvoir les marques qui contribuent à l’économie du pays.

Un commentaire

  • Anonyme

    28 août 2019 at 21 h 16 min

    Très belle démarche et une bonnet prise de conscience ! Bravo, bonne continuation.

    Commentez cet article

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.