Les vêtements made in France

Maison Cornichon atelier de fabrication

Crédits : Maison cornichon

Un changement de conscience

L’industrie du textile a connu une longue traversée du désert à partir des années 80/90, avec les délocalisations massives des usines de production vers les pays asiatiques.

La main d’oeuvre très bon marché permet alors, aux plus grands nombres d’accéder à des vêtements à des prix défiant toute concurrence. On entre dans l’ère de la fast-fashion. Terminé le pull qui faisait cinq hivers, on mise sur un renouvellement permanent de sa garde robe. Notre façon de consommer la mode, reflète notre société de consommation : on prend, on jette, on recommence.

Il n’y a aucun jugement dans mes propos, seulement un constat. Moi-même, j’ai cautionné et cautionne encore la production made in Asia. En créant ce site avec mon compagnon, nous avions envie de consommer plus de produits fabriqués en France. Nous n’avons jamais envisagé de changer radicalement notre façon de consommer, parce que cela nous demande trop d’effort et parce que nous n’avons pas les moyens. J’admire les personnes qui ont adopté un mode de vie zéro déchet, pour moi, cela représente trop de contraintes. Pour la question du budget, nous avons beau être tous les deux diplômés, il n’en reste qu’un t-shirt à 40€ et un pull à 150€ restent chers et très chers.

Conscients des enjeux de changement climatique et des individus exploités pour une paire de pompe ou un mobile, nous avions envie de contribuer, quand cela est possible, à l’économie locale (à l’échelle de l’hexagone).

Hopaal étiquette

Crédits : Marques de France

Des marques responsables

Avec le regain du made in France, depuis moins de 10 ans de nombreuses marques ont émergé pour notre plus grand plaisir !

Des projets familiaux, des projets tutorés de fin d’études, des histoires de potes ou de couples, chaque marque a son mot à dire et surtout défend une prise de conscience de consommer de manière plus responsable et de rémunérer au juste prix les personnes qui confectionnent nos vêtements.

Les jeunes poussent défendent, selon leur positionnement :

Hopaal étiquette

Crédits : Marques de France

Julie Laurent vêtements collection capsule

Crédits : Julie Laurent

Quels sont les prix ?

On se positionne forcément sur du milieu de gamme et du haut de gamme. Tout va dépendre du type de production des vêtements :

  • de manière artisanale, des petites séries ou des modèles uniques. Ces marques fonctionnent aussi beaucoup avec des pré-commandes. Je pense par exemple à la créatrice Julie Laurent, Aatise, Atode
  • de manière plus industrielle, en faisant appel à des manufactures françaises toujours localisées dans leur bassin d’origine, notamment dans les régions de Troyes, de Saint-Etienne, de Roanne ou de Bretagne, berceaux de la bonneterie.

Pour avoir un ordre d’idée, comptez a minima :

  • 15€ pour des chaussettes
  • 40€ pour un t-shirt ou une culotte / boxer / slip
  • 60€ pour un soutien-gorge ou une brassière
  • 80 / 100€ pour un pantalon ou un chino
  • 100 / 120€ pour un jean
  • plus de 150€ pour une veste ou un pull en laine