Participez à notre étude sur les habitudes de consommation et le made in France

Catégories

Les vêtements d’allaitement made in France

Découvrez les marques qui proposent des vêtements d'allaitement de fabrication française. Chaque marque listée ici fabrique et/ou assemble ses produits en France, dans ses propres usines ou via une manufacture partenaire.

À voir aussi

Pour accompagner votre bébé lors de ses trois premières années ❤️

Des vêtements pour faciliter l'allaitement mais pas que...

Parce que l’allaitement dans les espaces publics n’est pas encore normalisé, les jeunes mères recherchent des vêtements qui facilitent l’alimentation de leur bébé. Une alimentation assurée par le sein ! Et oui, avant d’être « un objet » de fantasme, de fétichisme ou que sais-je, les seins assuraient la survie des nourrissons bien avant l’invention des laits infantiles. Mais même s’il est l’aliment naturel, l’allaitement n’a jamais été facile.

Entre les bébés qui n’ont pas la même facilité à téter et les mères qui n’ont pas la même facilité à donner le sein, avant les formulations, les nourrices ont assuré, pendant des siècles, la survie des nouveau-nés. Même si aujourd’hui le nom de « nourrice » fait davantage référence au mode de garde, son étymologie est directement liée au verbe « nourrir ».  Les nourrices étaient des femmes qui avaient la capacité de nourrir aussi bien leurs propres enfants que des enfants placés (en leur sein ;). Elles pouvaient intervenir dans des situations tragiques lors de la mort en couche de la mère ou pour prendre le relais en cas d’incapacité à allaiter. Elles étaient principalement installées dans des familles bourgeoises qui pouvaient les rémunérer.

Pour en revenir aux vêtements d’allaitement, ils combinent des empiècements malins et/ou des fermetures zippées afin de faciliter l’accès au sein tout en restant discrets et discrète. Discrets, car les emplacements sont presque invisibles aux premiers abords. Ainsi si vous ne le savez pas, ces vêtements ressemblent à n’importe quel autre vêtement. Ils peuvent donc être portés au-delà de la période d’allaitement. Ce ne sont pas des achats ponctuelles, ce sont des pièces durables de votre garde-robe. Discrète, car encore aujourd’hui, les images de tueries sont moins choquantes qu’un bout de sein rapidement aperçu avant qu’il ne disparaisse dans la bouche d’un bébé. En public, il est souvent exigé de la maman qu’elle se mette à l’écart ou se cache. La question de la pudeur devrait être laissée à l’appréciation de chaque mère, on devrait pas se soucier de la pudeur de la « société ».

Enfin l’allaitement est une décision de femmes, de couples, chacune fait ce qu’elle peut et ce qu’elle veut ! Et si vous souhaitez connaître les différences entre l’allaitement et le lait infantile, ainsi que tout autre question sur le développement des enfants, je vous invite à lire les communiqués scientifiques de la cohorte Elfe.

Cohorte Elfe
Etude Elfe, Inserm, Ined, EFS

Etude Elfe : Faut-il mettre des céréales dans le biberon ?

L’Étude Longitudinale Française depuis l’Enfance – Elfe – est une vaste étude scientifique, pilotée par l’Inserm, l’Ined et l’EFS, elle mobilise 150 chercheurs. Son objectif est de suivre plus de 18.000 enfants de leur naissance jusqu’à leur 20 ans, afin d’affiner les connaissance sur le développement de l’enfant et d’essayer de mieux caractériser l’impact de l’environnement sur leur santé. Lancée en 2011, les enfants ont eu cette année 12 ans.

La cohorte Elfe publie régulièrement des résumés de leurs publications scientifiques. Elles permettent de faire évoluer les connaissances et de mettre à jour les recommandations officielles. Par exemple, en matière d’alimentation et de lien avec le sommeil, la cohorte nous apprend que l’utilisation de céréales dans les préparations de lait infantile, avant l’âge de 5 mois, ne permet pas à l’enfant de mieux dormir. Alors que les céréales sont souvent ajoutées par les parents en espérant avoir un lait plus consistant qui faciliterait le sommeil. Par contre, une utilisation des céréales dans le biberon plus tardive, à partir de 6 mois, est effectivement associée à un meilleur sommeil.

L’étude met également en avant qu’un allaitement maternel supérieur ou égal à 6 mois était associé à un mauvais sommeil jusqu’à l’âge de 1 an. Elle préconise de faire la différence entre l’allaitement et les tétées afin de mettre en œuvre les bonnes pratiques d’apprentissage du sommeil.

Cohorte Elfe
Etude Elfe, Inserm, Ined, EFS