Les nœuds, cravates et foulards made in France

Découvrez les marques qui proposent des nœuds, les cravates et les foulards de fabrication française pour les femmes, les hommes et les enfants. Chaque marque listée ici fabrique et/ou assemble ses produits en France. Dans ses propres usines ou via une manufacture partenaire.
Chevalier d'Eon foulards pour elle et lui

Crédits photo : Chevalier d’Eon 

Habillons notre cou !

Selon les occasions, pour parfaire une tenue, la cravate est souvent indispensable et indissociable du costume.

Pourtant la cravate n’est plus le seul accessoire élégant a habillé notre cou :

  • La douceur et la finesse d’un carré de soie, autour du cou ou dans la poche de la veste, pour sublimer une veste,
  • L’originalité du nœud Claudinet, une sorte de nœud de cravate, mais sans la cravate,
  • ou le nœud papillon réinventé : en bois ou en métal, il est l’atout différenciant de votre tenue.
Gustave et Cie noeud papillon

Crédits photo : Gustave et Cie

Cravate ou nœud papillon, lequel des deux est le plus ancien ?

Avant même de trancher entre la cravate ou le nœud papillon, le port d’une étoffe en tissu autour du cou est plutôt commun et répandu dans le monde, pour se protéger du froid qui transperce, du vent et du sable qui fouettent la peau, pour souligner le port de tête, etc.

Le mot cravate serait un dérivé du mot Croate. Louis XIII aurait fait appel à des soldats croates, lors de la guerre des trente ans. Or ces cavaliers portaient des petits foulards, sur leur uniforme, pour se protéger du froid.

La période de la renaissance démocratise le port des premières formes de cravate, où chacun rivalise d’audace pour paraître le plus élégant.

Mais la cravate, telle que nous la connaissons, aurait été inventée par les aristocrates anglais, qui maîtrisaient l’art des nœuds de cravate.

Le nœud papillon serait né après, des mains d’un couturier français Pierre Lorillard, qui eu l’idée de raccourcir la cravate pour accompagner l’habit queue-de-pie.

Gustave et Cie noeud papillon

Crédits photo : Gustave et Cie