Montlimart est notre marque du mois !

Catégories

Analyses Décryptages

Quelles différences entre l’artisanat et l’industrie ?

Lorsqu’on parle de produits manufacturés, l’artisanat et l’industrie s’opposent aisément. Pourtant la ligne est fine et la qualité ainsi que le savoir-faire ou la technologie ne sont pas nécessairement opposables.

Baguettes
Crédits photos : Philippe Ramakers - Pixabay
Par Élodie Lapierre. Publié le 16 février 2024. Dernières modifications le 16 février 2024. Publier un commentaire.

La fabrication artisanale versus la fabrication industrielle

La première est souvent mise sur un piédestal, car elle fait appel à l’image angélique d’un artisan qui façonne à la main un produit unique qui nous serait destiné. A contrario la seconde dresse plutôt le portrait d’une industrie polluante ayant un lourd impact sur la qualité de vie de ses ouvriers. L’artisan est valorisé, l’ouvrier est plaint.

La différence entre les deux est en réalité plus ténue, notamment dès qu’on s’intéresse au critère de qualité qui requiert une certaine standardisation. En effet, si nous acceptons facilement que notre tarte aux myrtilles présentent des aspérités les unes par rapport aux autres prouvant ainsi son caractère artisanal, dès lors que nous montons en gamme y compris pour la pâtisserie de Grands Chefs nous voulons un produit beau, parfaitement réalisé. Il ne nous viendrait pas à l’esprit de valoriser un sac à main dans les coutures sont approximatives et dérives sur les bords.

Parallèlement, même si nous sommes émerveillés par le travail des mains de l’artisan et du temps qu’il consacre à l’ouvrage, nous voulons le meilleur rapport qualité-prix d’une part (quand ce n’est pas le prix le plus bas) et, d’autre part, nous ne réalisons pas pleinement ce qu’entraîne au quotidien la répétition des mêmes gestes sur le long terme. Ainsi s’opposer à toute industrialisation ou mécanisation, de tout ou une partie du process de fabrication, reviendrait à ne pas vouloir soulager l’artisan de certaines tâches, notamment les plus pénibles. Par exemple, imaginons une fabrique de savons artisanale, il y a une différence significative de pénibilité entre fabriquer 100 savons manuellement par mois et plus de 1000 savons par mois.

Ainsi l’artisanat et l’industrie ne sont pas totalement opposables, ni même totalement segmentés. D’ailleurs la Chambre des Métiers de l’Artisanat parle « d’artisanat de production industrielle » pour qualifier des petites entreprises qui détiennent une technologie innovante reposant sur des processus industriels. L’artisanat de production industrielle concerne directement les secteurs de pointes tels que l’aéronautique ou l’aérospatiale où les inventions et la créativité permettent de petites révolutions industrielles.

Qu’est-ce qu’une activité artisanale ?

La Chambre de Métiers et de l’Artisanat précise que les entreprises artisanales se caractérisent essentiellement par leur dimension et par la nature de leur activité. Généralement, elles emploient moins de dix salariés et elles doivent exercer une activité de production, de transformation, de réparation ou de prestation de service répertoriée dans le Répertoire des Métiers.

Les métiers de l’artisanat regroupe plus de 250 métiers différents, lesquels sont regroupés en quatre grandes familles :

  • l’alimentation, 11 métiers sont concernés : poissonnier, glacier, charcutier, boucher, boulanger, brasseur, fromager, crêpier, chocolatier confiseur, traiteur, pâtissier. Étonnement le torréfacteur ne fait pas partie de la sélection.
  • le bâtiment, 11 métiers sont concernés : chauffagiste, peintre en bâtiment, serrurier – métallier, charpentier, couvreur, électricien, menuisier, maçon, canalisateur, plombier, carreleur-mosaïste.
  • la fabrication artisanale, 14 métiers : bottier, chaudronnier, ébéniste, encadreur, horloger, façonnier, ferronnier, fondeur, fourreur, maréchal-ferrant, marqueteur, modiste, opérateur en productique mécanique, potier-céramiste.
  • prestations de service, 12 métiers : accordeur de pianos, ambulancier, carrossier, chauffeur de taxi, coiffeur, contrôleur technique, couturier, déménageur, esthéticienne, fleuriste, mécanicien, photographe.

L’artisanat est constitué de petites entreprises aux grands potentiels :

  • 1er secteur d’emplois privés de France, les TPE/PME sont la richesse de notre pays.
  • 3,1 millions d’actifs (soit 10% de la masse salariale, tous secteurs confondus, public et privé).
  • 30% des exportateurs sont des entreprises dites artisanales lesquelles possèdent un savoir-faire rare ou original et sont en mesure de délivrer des prestations sur-mesure.
  • Les entreprises artisanales couvrent de façon homogène l’ensemble du territoire hexagonal : 1/3 sont présentes en zones urbaines, 1/3 en zones rurales et 1/3 en zones péri-urbaines.

Qui peut se définir Artisan ?

Pour être qualifié d’artisan, il faut remplir deux conditions :

  • Détenir un diplôme ou un titre homologué dans le métier pour justifier de sa qualité d’artisan : CAP (certificat d’aptitude professionnelle) ou BEP (brevet d’études professionnelles).
  • Etre immatriculé au Registre national des entreprises (RNE)

Chaque artisan peut alors utilisé le logo pour faire valoir sa qualification.

logo Artisan

Qui peut se définir Maître Artisan ?

Le titre de Maître Artisan est délivré après avoir justifié son expérience et son savoir-faire :

  • Être titulaire du brevet de maîtrise dans le métier exercé depuis a minima 2 ans.
  • En l’absence de diplôme, il faut être immatriculé au Registre National des Entreprises (RNE) depuis au moins 10 ans pour une activité artisanale (Répertoire des métiers – RM)

Chaque Maître Artisan peut alors utilisé le logo pour faire valoir sa qualification.

logo Maitre Artisan

Qui peut se définir comme Artisan d’Art et Maitre Artisan d’Art ? (H3)

La qualité d’Artisan et le titre de Maître Artisan existent également pour les Métiers d’Art sous les dénominations Artisan d’Art et Maître Artisan en Métiers d’Art. La liste des Métiers d’Art est fixée par l’arrêté du 24 décembre 2015, en application de l’article 20 de la loi n° 96-603 du 5 juillet 1996 relative au développement et à la promotion du commerce et de l’artisanat. La liste des Métiers d’Art regroupe 198 métiers répartis en 16 domaines : architecture et jardins, ameublement et décoration, luminaire, bijouterie, joaillerie, orfèvrerie et horlogerie, métal, céramique, verre et cristal, tabletterie, mode et accessoires, textile, cuir, spectacle, papier, graphisme et impression, jeux, jouets et ouvrages mécaniques, facture instrumentale, restauration de peintures, textiles, photographies, vitraux, céramiques…

Pour obtenir le titre d’Artisan d’Art, en plus d’avoir un métier d’art au sens de l’arrêté du 24 décembre 2015, l’artisan doit exercer depuis au moins 3 ans et faire une demande justifiée par une lettre de motivation. Le titre Maitre Artisan d’Art est quant à lui délivré, soit par le président de la Chambre des Métiers et de l’Art régionale, soit par la commission régionale.

Qu’est-ce qu’une activité industrielle ?

Par opposition, si la fabrication de biens manufacturés n’entrent pas dans le domaine de l’artisanat (répertoire des entreprises et liste fixé par arrêté) alors il s’agit d’une activité industrielle. Mais vous l’aurez compris, ce ne sont pas deux mondes qui s’opposent. L’activité artisanale et l’activité industrielle se rejoignent sur de nombreux sujets. Les trois principales différences sont :

  • Le nombre d’employés ou la taille de l’entreprise (généralement moins de 10 salariés soit une TPE, mais peut être une PME)
  • Le volume de production (quantité artisanale vs quantité industrielle, bien qu’il n’y ait pas de volume défini)
  • Les qualifications des employés (titulaire d’un CAP ou BEP inscrit au Répertoire National des Métiers, enregistré auprès des Chambres des Métiers et de l’Artisanat)

Par contre, les critères comme le « fait main », le « fait maison » ou « la standardisation des produits » ne permettent pas de différencier l’artisanat de l’industrie. S’il est logique de ne pas retrouver ses 3 critères en milieu industrielle, il est tout à fait possible d’avoir une activité artisanale qui met en vente des produits qui ne sont pas faits main, ni faits maison et qui sont parfaitement identiques (standardisés).

Cas pratique, comment différencier une boulangerie industrielle d'une boulangerie artisanale ?

La première différence notable est qu’à la sortie d’une boulangerie industrielle, les pains et les viennoiseries sont surgelés pour être transportés, ditribués et cuites sur un autre site ou dans une boulangerie. Se pose alors la question, lorsque vous achetez votre pain, est-ce qu’il a été « juste » cuit sur place ou a-t-il été préparé (fabriqué) sur place ? La nuance est importante car un Artisan Boulanger ou un Maître Artisan Boulanger doit pétrir, façonné et cuir son pain sur place, dans sa boulangerie.

Par exemple, dans les supermarchés (Carrefour, Leclerc, Lidl…) et les chaînes boulangères (la Mie Câline, Paul, Brioche Dorée…), les pains et viennoiseries sont seulement cuits sur place, ils proviennent de boulangeries industrielles. Pour les boulangeries indépendantes de centre ville, il est plus difficile de savoir si le pain et les viennoiseries ont été entièrement préparés sur place ou pas. Pour être sûr.e qu’il s’agit d’une boulangerie artisanal, il faut donc rechercher les logos ou le titre d’Artisan ou de Maître Artisan, ou encore du label Boulanger de France qui est une initiative de la la Confédération Nationale de la Boulangerie-Pâtisserie Française.

Enfin gardez en tête que boulanger et pâtissier sont deux métiers différents. Ainsi vous pouvez avoir un Artisan Boulanger (ou Maître Artisan Boulanger) qui ne fabrique pas lui-même ses pâtisseries (des pâtisseries industrielles).

Logo Boulanger de France

Marques de France - Avatar - Élodie Lapierre

Contenu rédigé par Élodie Lapierre

Depuis plus de 10 ans, je suis chargée d’études en santé environnementale. J'ai toujours à coeur d’informer et sensibiliser les individus, afin qu’ils soient des consommateurs avertis et aguerris.Le site Marques de France est géré en toute indépendance et n’appartient à aucune entreprise privée. Toutes les recherches effectuées et tous les contenus rédigés répondent à un unique objectif : promouvoir les marques qui contribuent à l'économie française.

Publier un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre « petite lettre »

Vous recevrez régulièrement, par email :

  • Les dernières marques référencées
  • Des reportages
  • Des conseils d'achat
  • Des études et enquêtes
  • Les produits que nous aimons
La petite lettre - Newsletter 20 pulls fabriqués en France pour affronter le froid