Montlimart est notre marque du mois !

Catégories

Actualités Économie

Où en sont nos voisins européens avec leur « Made in » ?

Alors que le "made in France" progresse régulièrement, où en sont nos voisins suisses, allemands et espagnols avec leur marquage local.

Drapeau Suisse à Genève
Crédits photo : photohoundco / Unsplash
Par Baptiste Chuzeville. Publié le 13 mars 2023. Dernières modifications le 30 décembre 2023. Publier un commentaire.

Depuis plusieurs années et la fin de la crise économique de 2008, de nombreux pays européens se concentrent un maximum sur leurs produits locaux. Malgré des taxes toujours moins chères dans les pays asiatiques, les solutions écologiques sont venues redistribuer les cartes pour les fabricants. 

Pour notre hexagone, c’est la DGDDI (Direction générale des douanes et des droits directs) qui est chargée de protéger le marquage de l’origine française sur les produits importés dans notre pays. Son but est de contrôler ainsi la conformité de la mention « made in France »  et de toute autre mention de nature à faire croire qu’un produit a été fabriqué en France, d’après le site des douanes de France. 

Attention, pour notre pays, le marquage « Made in France » ne prouve pas que toutes les étapes de la fabrication ont été faites sur notre territoire, mais qu’au moins une partie représentative l’a été. Souvent cette partie est représentée en pourcentage et varie énormément selon la fabrication.



Nos voisins suisses très surveillés

Bien qu’en France le « Made in France » soit assez libre d’accès, le « Swiss made » de nos voisins Alpins est lui très strict. En effet, il existe une loi fédérale pour réussir à posséder ce label. Un produit ou un service peut être désigné suisse si : 

  • Pour les produits alimentaires: 80% du poids des matières premières et la transformation essentielle doivent avoir lieu en Suisse
  • Pour les produits industriels: 60% des coûts de fabrication et l’étape essentielle de fabrication doivent être réalisés en Suisse.
  • Pour les services: le siège et l’administration de la société doivent être situés en Suisse.

Ce label existe aujourd’hui depuis l’abrogation de la loi de 1879 sur la protection des marques par le Parlement fédéral suisse. 

Depuis 2017, cette loi a passé un nouveau cap avec l’arrivée de l’Institut Fédéral de la Protection Intellectuel. Cette dernière est venue renforcer la protection de la désignation « Suisse » et de la croix suisse. 

Aujourd’hui, cette législation créer un débat au tour de la marque de chocolat Toblerone. En effet, cette célèbre marque va devoir modifier son logo notamment à cause d’une délocalisation de sa production. En effet, pour faire face à une demande toujours plus forte, l’entreprise déménage à Bratislava, la capitale de la Slovaquie.

©Pixabay / De l'autre côte des Alpes, le label suisse est lui très suivi par la loi.

Un "Made in Germany" très accessible

« Made in Germany » est une étiquette qui est utilisée pour indiquer qu’un produit a été fabriqué ou produit en Allemagne. Le label a une longue histoire et a été introduit à la fin du 19ème siècle comme un moyen de promouvoir les produits allemands à l’étranger. Au fil du temps, le label est devenu synonyme de haute qualité et de fiabilité, et il est souvent utilisé par les entreprises allemandes comme un outil de marketing pour promouvoir leurs produits.

En plus de son importance marketing, le label « Made in Germany » a également des implications juridiques. Dans de nombreux pays, les produits étiquetés « Made in Germany » doivent répondre à certaines normes et réglementations afin d’être éligibles à l’étiquette. Ces normes visent à assurer que les produits portant l’étiquette sont de haute qualité et répondent à certaines exigences de sécurité.

L’utilisation du label « Made in Germany » peut  avoir des implications pour la protection des consommateurs. Si un produit est étiqueté « Made in Germany », les consommateurs peuvent avoir certaines attentes concernant sa qualité et sa sécurité. 

Pourtant, reconnu dans le monde, ce label n’est soumis à aucune règle fixe. Il est donc souvent compliqué de savoir si un produit est réellement fabriqué en Allemagne. Par contre, si un produit porte le label « Made in Germany », il doit être de qualité « Made in Germany ».

Si un produit ne répond pas à ces attentes, les consommateurs peuvent avoir recours en justice contre le fabricant. Les décisions relatives à l’illégalité de la mention « Made in Germany » sont normalement prises au cas par cas, généralement à la suite de plaintes déposées par des consommateurs.

Globalement, le label « Made in Germany » est un symbole de l’excellence allemande en ingénierie et en fabrication, et il est très respecté dans le monde entier.

Par contre, certains points restent important pour ce label : 

  • Le développement : Ce dernier consiste à concevoir de nouveaux produits selon les attentes des clients, les matériaux et la rentabilité.
  • Le design : Il doit combiner idéalement une apparence attrayante et une facilité d’utilisation.
  • La production :  Un personnel qualifié et formé ainsi que les meilleures machines et outils sont utilisés pour garantir un produit de haute qualité.
  • L’assurance qualité : Plusieurs séries de tests sont faites après la production.
©Pixabay / La qualité allemande au rendez-vous du "Made in Germany"

Les espagnols relèvent la pente

Alors que le « made in » des pays précédents restent tout de même assez développés, les espagnols ont plus de difficulté avec leurs produits locaux. En effet, le pays sort tout juste d’une crise économique sans précédent qui est venu détruire le pays. L’un des milieux les plus touchés à été celui du textile puisqu’en dans les années 90, 300 000 personnes travaillaient dans ce secteur contre seulement 135 000 aujourd’hui. 

En plus dans le secteur textile, beaucoup d’entreprises ont pris la décision de se délocaliser dans les pays asiatiques comme l’entreprise galicienne de mode pour enfants, Pili Carrera. Mais depuis quelques années, un réel changement est en train de se mettre en place. En effet, certaines de ces dernières sont en train de faire le trajet inverse pour revenir sur le territoire espagnol, comme Lenita , Dándara ou encore Vega Cárcer. `

Même si le nombre d’entreprises qui font le trajet arrière reste encore très faible pour le secteur de la mode, le retour de grandes marques est synonyme d’espoir pour le pays entier. 

Le « Made in Spain » aujourd’hui propose de nombreux avantages. En effet, grâce à lui, les entreprises peuvent désormais fabriquer très rapidement puisque les délais de livraisons sont très courts à l’intérieur du pays. En plus de ces derniers, les entreprises peuvent travailler avec des matériaux de qualité. 

Cependant, le “Made in Spain” possède de nombreux défauts comme les coûts de production qui restent largement supérieurs qu’à l’étranger. De plus, le pays possède sur son territoire une capacité réduite d’une industrie partiellement démantelée, ce qui cause de nombreux problèmes pour les entreprises.  


Marques de France - Avatar - Baptiste Chuzeville

Contenu rédigé par Baptiste Chuzeville

Fraichement diplômé d’un bachelor Journalisme au sein de l’ISCPA de Lyon, qu’il avait terminé par un stage de 5 mois au sein de notre rédaction, Baptiste s’est dirigé vers un master à l’ISFJ Lyon. Aujourd’hui alternant, il alimente la page magazine du site.

Publier un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre « petite lettre »

Vous recevrez régulièrement, par email :

  • Les dernières marques référencées
  • Des reportages
  • Des conseils d'achat
  • Des études et enquêtes
  • Les produits que nous aimons
La petite lettre - Newsletter 20 pulls fabriqués en France pour affronter le froid