Montlimart est notre marque du mois !

Catégories

Entretiens Reportages

« On veut créer la chaussure la plus française possible »

Avec un premier produit lancé il y a une dizaine de jours, la nouvelle marque française 2nde Chance s'est engagée dans un concept de chaussures éco-conçues. Maxence, son co-cofondateur, nous explique son projet.

2nde Chance
©2ndChance / Une paire de chaussures éco-conçue, voici le projet de la marque 2nd Chance
Par Baptiste Chuzeville. Publié le 31 mars 2023. Dernières modifications le 30 décembre 2023. Publier un commentaire.

Manon et Maxence, deux jeunes entrepreneurs remplis d’énergie, se sont lancés le difficile défi de concevoir des sneakers avec la meilleure emprunte carbone possible. Dans une cagnotte Ulule créée pour l’occasion, les fondateurs expliquent que leur paire de chaussure sera fabriquée à Romans-sur-Isère et assurent qu’elle contiendra 70% de matières françaises (et le restant en Europe). A mi-parcours de la campagne de crowdfunding, Maxence nous dresse un premier bilan.

Présentez-nous votre projet

« 2nde Chance est une marque de chaussures française qui souhaite proposer à ses clients des produits 100% français. On a fait le constat que les vieilles paires de chaussures des Français étaient la plupart du temps soit brûlées, soit recyclées à hauteur de 10% pour un nouveau produit.

On a travaillé avec des ingénieurs, des bureaux d’études et des designers pour pouvoir trouver une solution à ses chaussures en fin de vie. Le but de 2nde Chance est de fabriquer des chaussures avec seulement des produits qui pourront être recyclés et réutilisés. »

seconde chance fondateur
©2ndChance / Maxence, co-fondateur de la marque 2ndChance

Est-ce que les objectifs de la cagnotte Ulule ont été atteints ?


« Pas vraiment… On a pu vendre les 100 premières paires à prix coûtant qui sont assez symboliques, mais ensuite on est conscient que ce n’est pas assez pour pouvoir se développer. Au total on a vendu 142 paires grâce à notre cagnotte Ulule mais on espère en vendre encore plus.

On est aussi conscient qu’on est simplement au début de notre histoire, on a ouvert l’accès à nos premières paires il y a seulement une dizaine de jours et il faut qu’on se fasse notre place et notre publicité au près de la concurrence qui est assez forte autour de nous. »

Quel est l'importance que vous donnez à l'environnement et l'écologie?

« Premièrement, il faut savoir que nous avons éco-conçu une paire de chaussures en s’appuyant sur des solutions de recyclage qui existent déjà. La matière qu’on utilise n’est pas à l’origine d’autres baskets. Notre projet 2nde Chance consiste à développer une nouvelle marque avec une idée de solutionner cette problématique de fin de vie par l’éco-conception.

Ensuite, on a décidé de créer le produit le plus français possible. Les chaussures 2nde Chance sont entièrement fabriquées en France, par contre, on utilise 30% de matières venant d’autres pays. Ces dernières nous permettent de rester sur des prix accessibles et de pouvoir confectionner des paires de qualité et durable. »

2nde Chance
©2nd Chance

Avez-vous été soutenus par des partenaires?

« Oui on a reçu quelques aides pour lancer notre marque. On a ce côté innovant qui nous a permis de pouvoir toucher des aides de la part de la région et la BPI (Banque Public d’Investissement), sur des montants importants qui nous ont permis de valider l’innovation.

Même si on en est reconnaissant, notre objectif actuel est toujours de rechercher de l’argent notamment avec peut-être une levée de fonds auprès de partenaires. Comme je l’ai dit, on veut vraiment consolider notre image de marque et continuer d’innover.

Les nouveaux investissements nous permettraient aussi de lancer une nouvelle phase de R&D sur nos produits. Pour l’instant on utilise beaucoup de plastique pour fabriquer nos produits, mais on aimerait imaginer une solution naturelle à long terme.

Et l’objectif final de cet argent récolté serait vraiment de créer notre atelier. »

Mise à jour au 10 octobre 2023

Quelques mois après l’interview, Maxence Colin a annoncé, via une publication Linkedin, avoir fait marche arrière sur son défi de fabriquer ses sneakers en France : « Aujourd’hui, notre ancien partenaire n’est plus en capacité de produire notre premier modèle Neo Loop R3. Une paire trop technique pour le savoir-faire actuel français« , explique-t-il dans son communiqué.

À travers sa publication, on comprend toutes les difficultés qu’a rencontré la marque pour réussir à produire français. Alors pour rebondir et ne pas tout abandonner, Maxence Colin et son associé ont fait le choix de délocaliser la production au Portugal. Même si le créateur reste extrêmement déçu de la finalité, il souhaite garder espoir et rester fier du chemin parcouru : « Je finirais par dire que le plus important c’est de s’être battus jusqu’au bout et d’être aujourd’hui droit dans ses baskets. Il faut le vivre pour le croire, croyez-moi. Peu importe ce qu’on pourra dire de nous : nous sommes fiers de ce qu’on a accompli jusqu’ici. »

Même si ce projet made in France tombe à l’eau, le créateur explique qu’il « reste écologique puisqu’une recherche d’éco concept a tout de même été menée afin d’identifier les solutions à mettre en place« . De plus, même si l’étape finale ne se déroulera pas en France, Maxence Colin tient à rappeler que ses futures sneakers contribueront à l’économie française puisque presque toutes les matières ont été achetées à des partenaires français.


Marques de France - Avatar - Baptiste Chuzeville

Contenu rédigé par Baptiste Chuzeville

Fraichement diplômé d’un bachelor Journalisme au sein de l’ISCPA de Lyon, qu’il avait terminé par un stage de 5 mois au sein de notre rédaction, Baptiste s’est dirigé vers un master à l’ISFJ Lyon. Aujourd’hui alternant, il alimente la page magazine du site.

Publier un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre « petite lettre »

Vous recevrez régulièrement, par email :

  • Les dernières marques référencées
  • Des reportages
  • Des conseils d'achat
  • Des études et enquêtes
  • Les produits que nous aimons
La petite lettre - Newsletter 20 pulls fabriqués en France pour affronter le froid