Montlimart est notre marque du mois !

Catégories

Analyses Décryptages

Le savon de Marseille ne vient pas forcément de Marseille

La fabrication de savon se nomme précisément la saponification. Et il existe plusieurs procédés que nous vous détaillons.

Marques de France - savons
Crédits : Marques de France
Par Élodie Lapierre. Publié le 8 mai 2019. Dernières modifications le 30 décembre 2023. Publier un commentaire.

Le savon de Marseille

La technique de fabrication du savon de Marseille a été fixée par l’édit de Colbert en 1688, afin d’éviter les dérives de fabrication et de commercialisation. L’objectif était d’obtenir, sous cette appellation, des savons de bonne qualité.

Cet édit impose plusieurs règles dont les deux principales sont :

  1. Une cuisson au chaudron (saponification à chaud)
  2. L’usage exclusif d’huiles d’olives pures, aucun autre type de matière grasse ou de mélange ne sont acceptés.

Toute une procédure concernant le lavage (pour éliminer les impuretés et les acides gras non saponifiés) et la liquidation (ou ajout d’eau pour concentrer le savon et obtenir une pâte à savon lisse et pure) sont également dictées.

Edit_de_Colbert-saponification
L’édit de Colbert, du 5 octobre 1688.

Le savon d’Alep

Le savon d’Alep est également un savon cuit au chaudron, utilisant uniquement trois ingrédients : de la soude, de l’huile d’olive et de l’huile de baies de laurier.

Aucune règle ni aucune AOP ne permet de protéger cette recette. Ainsi, il est commun de trouver dans le commerce des prix très différents d’un savon d’Alep à l’autre. En effet, selon le ratio des trois composants, le prix sera plus élevé (l’huile de baies de laurier est plus chère car moins abondante). Idem si les savons proviennent directement de la région d’Alep en Syrie . Mais on ne vous cachera pas que, depuis de nombreuses années, la production s’est massivement affaiblie et il n’y a quasiment plus aucune importation effectuée à ce jour.

Enfin, que ce soit pour le savon de Marseille ou le savon d’Alep, de nombreuses contrefaçons sont disponibles sur le marché.

Huile d'olive
Crédits photo : Siala / Pixabay.

Saponification à froid

La saponification à froid se fait en mélangeant un corps gras (huile et/ou beurre d’origine végétale) avec une base alcaline (de la potasse ou de la soude). La soude est privilégiée pour la réalisation de pain de savon. Quant à la potasse, elle est davantage utilisée pour obtenir un savon liquide / visqueux.

La saponification à froid est facilement accessible au grand public. Elle nécessite peu de matériel et d’ingrédients pour la réalisation de savon fait maison.

Toutefois, si l’expérience vous tente, sachez que dissoudre de la soude dans de l’eau génère un dégagement de chaleur et de vapeur. Attention : ces vapeurs ne doivent pas être respirées !

Saponification à chaud

La saponification à chaud est également connue sous le nom de « savon au chaudron ». Elle requiert également de la soude et des matières grasses. C’est la technique utilisée pour fabriquer le savon de Marseille ou le Savon d’Alep.

Que ce soit pour le savon de Marseille ou d’Alep, même si traditionnellement le savon était fait dans ces zones géographiques, ils font référence à une recette particulière. Ce ne sont pas des AOP (Appellations d’Origine Protégée). N’importe quel artisan qui suit la technique du savon de Marseille ou d’Alep est en droit de lui donner ce nom.

Focus sur les savons surgras

L’usage de soude ou de potasse permet de saponifier les matières grasses. Les deux sont de nature caustique, abrasive, autrement dit elles sont extrêmement irritantes pour la peau. La saponification s’arrête lorsqu’il n’y a plus de soude ou de potasse. Ainsi, dans les recettes, on ajoute toujours 5% de matières grasses supplémentaires afin d’être sûr que toute la soude ait réagi et qu’il n’en reste plus dans le savon final.

Lorsqu’on dépasse les 5% de surplus de matières grasses, on obtient un savon dit surgras plus doux pour la peau. Mais plus un savon est surgras, plus il est mou, voire liquide. Ce qui nécessite alors l’emploi de conservateur. Gardez à l’esprit que l’avantage des cosmétiques en pain (version solide) est qu’ils ne contiennent pas d’eau et sans eau pas de risque d’un développement bactérien, donc pas besoin de conservateur.


Marques de France - Avatar - Élodie Lapierre

Contenu rédigé par Élodie Lapierre

Depuis plus de 10 ans, je suis chargée d’études en santé environnementale. J'ai toujours à coeur d’informer et sensibiliser les individus, afin qu’ils soient des consommateurs avertis et aguerris.Le site Marques de France est géré en toute indépendance et n’appartient à aucune entreprise privée. Toutes les recherches effectuées et tous les contenus rédigés répondent à un unique objectif : promouvoir les marques qui contribuent à l'économie française.

Publier un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous référençons aussi...
Des marques
Découvrir
Des produits
Découvrir
Des boutiques
Découvrir

Inscrivez-vous à notre « petite lettre »

Vous recevrez régulièrement, par email :

  • Les dernières marques référencées
  • Des reportages
  • Des conseils d'achat
  • Des études et enquêtes
  • Les produits que nous aimons
La petite lettre - Newsletter 20 pulls fabriqués en France pour affronter le froid