Montlimart est notre marque du mois !

Catégories

Entretiens Reportages

« Le savoir faire est le plus important pour nous » : Tristan de Witte, président de l’Association Nationale des Entreprises du Patrimoines Vivant

Depuis sa création en 2005, le label EPV met en lumière des entreprises uniques qui savent concilier l’innovation et la tradition ainsi que le savoir-faire. À la tête de l'Association Nationale des Entreprises du Patrimoines Vivant depuis 2020, Tristan de Witte se confie sur EPV.

Portrait_Tristan de Witte_Rivalen
Tristan de Witte
Par Baptiste Chuzeville. Publié le 6 juin 2023. Dernières modifications le 30 décembre 2023. Publier un commentaire.

Que représente le label Entreprise du Patrimoine Vivant ?

« Le label Entreprise du Patrimoine Vivant est une marque de reconnaissance de l’Etat, mise en place pour distinguer des entreprises françaises entre autres, et des savoir-faire industriels et artisanaux d’excellence. Le but principal du label EPV est de garantir aux clients un savoir-faire français et ancré dans le territoire. De l’autre côté, les entreprises labellisées pourront accéder à un réseau d’associations et de marques afin de pouvoir continuer à fabriquer français. On est au-delà des métiers d’art, on est vraiment concentré sur les entreprises qui possèdent des salariés avec un savoir-faire très rare. »

Quels sont les critères pour être labellisé Entreprise de Patrimoine Vivant ?

« Comme je vous le disais, EPV apporte dans un premier temps énormément d’importance à la rareté du métier. Ce sont des professionnels qui jugent ce dernier, et je pense, que cela représente en grande partie les Entreprise du Patrimoine Vivant. Ensuite, nous jugeons aussi sur le retour des clients. Une entreprise qui souhaite avoir le titre EPV doit obligatoirement proposer de la qualité à ses clients, et nous interrogeons directement ces derniers pour avoir leur retour sur l’entreprise. Et enfin, pour nous, l’ancrage territorial compte énormément. On apporte beaucoup d’importance à l’implantation des savoir-faire sur leur territoire. On sait par exemple que la soie et le tissage sont des savoir-faire qui proviennent de la Loire.« 

Comment se déroule le processus d'une certification Entreprise de Patrimoine Vivant ?

« Le processus est assez long puisqu’il faut entre 6 et 12 mois d’enquête, après que le dossier ait été posé, pour qu’une entreprise soit EPV. Ce dossier est déposé à l’Institut Nationale des Métiers où il est examiné dans un premier temps. Ensuite, toute une équipe vient à la rencontre de l’entreprise, de ses clients et de ses fournisseurs pour bien confirmer le savoir-faire et le « fabriqué en France ». Il faut que tous les critères (que vous pouvez retrouver dans la question précédente) soient remplis.  La commission représente environ 30 personnes et s’appelle aujourd’hui le « groupement d’experts », qui est nommé, par décret, par Bruno Le Maire pour une durée de deux ans. Si tout est validé, c’est le préfet qui vient remettre le label puisqu’EPV est un décret national et il est forcément remis par un représentant de l’Etat.« 

Aujourd'hui, combien d'entreprises sont labellisées Entreprise du Patrimoine Vivant ?

« EPV compte aujourd’hui environ 1500 entreprises possédant son titre. Ces dernières sont réparties dans tous les secteurs d’activité français. Et elles font nos forces. On est installé, par exemple, dans de la joaillerie ou l’aéronautique. On recense toutes les grandes maisons mais aussi les plus petites. On ne fait pas la différence entre une grande et une petite boutique. D’ici 2025, on aimerait rester entre 1500 et 2500 entreprises pour garder une crédibilité. Je ne pense pas que ça soit bénéfique de donner le label à beaucoup d’entreprises. Entreprise du Patrimoine Vivant est un label valable 5 ans, et beaucoup de sociétés ne sont pas renouvelées puisqu’on souhaite garder seulement les meilleures.« 


Marques de France - Avatar - Baptiste Chuzeville

Contenu rédigé par Baptiste Chuzeville

Fraichement diplômé d’un bachelor Journalisme au sein de l’ISCPA de Lyon, qu’il avait terminé par un stage de 5 mois au sein de notre rédaction, Baptiste s’est dirigé vers un master à l’ISFJ Lyon. Aujourd’hui alternant, il alimente la page magazine du site.

Publier un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre « petite lettre »

Vous recevrez régulièrement, par email :

  • Les dernières marques référencées
  • Des reportages
  • Des conseils d'achat
  • Des études et enquêtes
  • Les produits que nous aimons
La petite lettre - Newsletter 20 pulls fabriqués en France pour affronter le froid