Participez à notre étude sur les habitudes de consommation et le made in France

Catégories

Actualités Économie

Une balance commerciale en progression malgré un ralentissement des exportations

Avec un solde commercial qui s’améliore (+ 63 Md€), il reste néanmoins en dessous de son niveau d'avant la crise sanitaire de 2019 et plafonne à -99,6 Md€. Le conflit en Ukraine continue de perturber les marchés. Retour sur les exportations et les importations françaises.

Rapport du Département des statistiques et des études du commerce extérieur (DSECE) de la douane française, février 2024
Rapport du Département des statistiques et des études du commerce extérieur (DSECE) de la douane française, février 2024
Par Élodie Lapierre. Publié le 8 février 2024. Dernières modifications le 8 février 2024. Publier un commentaire.

Un solde commercial toujours déficitaire

Après une augmentation remarquée en 2022, portée par la hausse des prix mondiaux (reprise économique post-Covid et guerre en Ukraine), le rapport du Département des statistiques et des études du commerce extérieur (DSECE) de la douane française de 2023 met en évidence une baisse significative des exportations (rapport publié le 07 février 2024).

En effet, si les exportations françaises  avaient augmenté de +19,1 % en 2022, elles n’ont progressé, cette année, que de manière très modeste, avec une croissance de seulement +1,5 %. D’après le communiqué des douanes, l’amélioration du solde commercial de la France s’explique davantage par une diminution nette des importations (-7,1%) après avoir bondi en 2022 (+29,4%). Ainsi en 2023, les exportations représentent concrètement 607 Md€ et les importations s’élèvent à 731 Md€.

Evolution des échanges et du solde commercial français
Evolution des échanges et du solde commercial français (source : DGDDI/DSECE)

Une faible augmentation des exportations et une baisse importante des importations

L’année 2023 a été marquée par un retour à la normal des marchés et par la stabilité des prix au cours des mois écoulés.

Les exportations se sont ainsi taries avec en tête, la baisse d’activité sur les chantiers navals (-22,7%) après avoir connu un niveau record en 2022 de ventes de bateaux et navires (+120%). La reprise du trafic aérien a permis au secteur aéronautique de se démarquer même si le niveau de ventes d’avions reste 13% inférieur à la période avant Covid de 2019. Avec la fin de la crise des semi-conducteurs dans l’industrie automobile, les exportations ont repris et progressé de +14%.

Le secteur énergétique français est à nouveau redevenu excédentaire (+11,3 Md€) avec la remise en activité de nombreux réacteurs nucléaires, arrêtés en 2022 pour des contrôles et des problèmes de corrosion.

L’exportation de biens se maintient également avec dans son top 3 :

  • les produits chimiques dont la parfumerie et les cosmétiques : +7,7 Md€
  • le secteur du textile et de la mode : +5,4 Md€
  • les produits manufacturés divers : +2,9 Md€

Toutefois, dans les secteurs qui souffrent, les pénuries successives de certains médicaments obligent le secteur pharmaceutique à importer plus qu’il n’exporte, portant à un déficit de -2,6 Md€. La balance des produits agricoles se dégradent également même si les exportations restent supérieures aux importations (+1,2 Md€ en 2023 contre +4,8Md€ en 2024). L’envolée du prix des céréales a détourné l’approvisionnement des pays africains et de l’Inde vers les céréales russes et ukrainiennes (volées pendant le conflit).

Quant aux importations, si elles ont drastiquement baissé (-7,1% 2023 contre +29,4% en 2022), c’est principalement grâce au retour de notre souveraineté énergétique avec la remise en route du nucléaire. Avec l’inflation, il est également observé une baisse de la consommation des ménages français et in fine une diminution des importations de biens manufacturés en Asie (-6,4%).

Contributions par produit à l'évolution des exportations en 2023
Contributions par produit à l'évolution des exportations en 2023 (source : DGDDI/DSECE)

Focus sur les excédents commerciaux des parfums, des cosmétiques et de la maroquinerie française

Portée par les grandes marques et les maisons de luxe françaises (LVMH, Guerlain, Chanel, Hermès, Dior…), on exporte davantage de parfums, de produits de beauté et de sacs à main qu’on en importe avec une plus grande valeur ajoutée. Nous avons d’ailleurs écrit un article sur les 3 marques emblématiques de la maroquinerie : Hermès, Louis Vuitton et Chanel.

D’ailleurs, le département des statistiques et des études du commerce extérieur (DSECE) de la douane souligne de nouveaux records pour l’année 2023 concernant le secteur de la parfumerie et des cosmétiques, ainsi que celui de la maroquinerie et bagagerie. Le premier est plébiscité par nos voisins européens : l’Espagne, l’Allemagne et le Royaume-Uni, il rapporte 16,4 Md€. Le second pèse 4,6 Md€ et génère des exportations vers la Chine, Singapour, le Japon et la Corée.

Les soldes commerciaux de nos voisins européens

Si nos produits agricoles enregistrent une croissance très faible par rapport à 2022 : +2,2 % en 2023 contre 14,4 % les douze mois précédents, cette augmentation reste supérieure à celle de nos voisins européens, l’Italie n’enregistrant qu’une croissance de +1,1 %, tandis que les exportations de produits agricoles de l’Espagne et de l’Allemagne reculent respectivement de -0,7 % et de -1,2 %.

De manière générale, en 2023, les principaux pays de l’Union Européenne regagnent des parts de marché. L’Allemagne sur le podium a gagné +0,5 points, la France seconde du classement avec 0,2 points est ex-aequo avec l’Italie. L’Espagne et le Royaume-Uni ferment la marche avec +0,1 point.

Concrètement cela signifie que les exportations françaises représentent 2,7% des exportations mondiales. Et malgré les 0,2 points supplémentaires acquis en 2023, nous étions à 3% avant le début de la crise de 2019.

Evolution de la part de marché de la France
Evolution de la part de marché de la France (source : OMC)

En conclusion, un solde commercial qui augmente mais reste loin des chiffres pré-Covid

Depuis la fin de la pandémie liée à la Covid-19, le solde commercial de la France stagnait autour de 600 Md€. Pour la première fois depuis les années 2000, notre pays est parvenu à relancer sa courbe d’exportations, avec une amélioration de +0,2 point, portant le solde à 607,3 Md€ et un déficit qui repasse en dessous de la barre symbolique de -100 Md€

Cette nette augmentation est surtout due à la part des biens énergétiques qui a augmenté drastiquement de +70% (+46,6 Md€ par rapport à 2022), notamment grâce à la hausse des prix des hydrocarbures et à la relance de la production nucléaire. Les produits manufacturés ont également contribué à cette évolution positive : +22,8 milliards €.


Marques de France - Avatar - Élodie Lapierre

Contenu rédigé par Élodie Lapierre

Depuis plus de 10 ans, je suis chargée d’études en santé environnementale. J'ai toujours à coeur d’informer et sensibiliser les individus, afin qu’ils soient des consommateurs avertis et aguerris.Le site Marques de France est géré en toute indépendance et n’appartient à aucune entreprise privée. Toutes les recherches effectuées et tous les contenus rédigés répondent à un unique objectif : promouvoir les marques qui contribuent à l'économie française.

Publier un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous référençons aussi...
Des marques
Découvrir
Des produits
Découvrir
Des boutiques
Découvrir

Inscrivez-vous à notre « petite lettre »

Vous recevrez régulièrement, par email :

  • Les dernières marques référencées
  • Des reportages
  • Des conseils d'achat
  • Des études et enquêtes
  • Les produits que nous aimons
La petite lettre - Newsletter 20 pulls fabriqués en France pour affronter le froid