Montlimart est notre marque du mois !

Catégories

Actualités

« À travers nos fèves, le boulanger doit pouvoir s’exprimer » : Jean-Michel Rojat, gérant de Panessiel

Ce dimanche a lieu la traditionnelle fête des Rois. Depuis 33 ans, l'entreprise Panessiel propose aux boulangers des fèves made in France.

Fèves Panessiel
Crédit photo : Panessiel / Jean-Michel Rojat, gérant et fondateur de la marque Panessiel
Par Baptiste Chuzeville. Publié le 5 janvier 2024. Dernières modifications le 5 janvier 2024. Publier un commentaire.

Ils seront des milliers d’enfants cachés sous les tables, dimanche après-midi, pour attribuer les parts de brioches ou de galettes des Rois, tout en espérant trouver au milieu d’une d’entre elles, la fève.

Depuis 33 ans, Jean-Michel Rojat consacre sa vie à son entreprise Panessiel et à la fabrication française de fèves. Dans son atelier situé à Saint-Ismier en Isère, l’entreprise produit plus d’un million de figurines par an.

Nous laissons carte blanche à nos clients pour qu'ils puissent s'exprimer librement

Comment est fabriquée une fève ?

« Pour produire nos figurines, il y a plusieurs étapes importantes. La première est sûrement la plus décisive, car il faut se mettre d’accord avec le boulanger sur le design de ses futures miniatures. Ceux qui pratiquent ce travail sont des artisans et dans ce mot, on retrouve le terme « artiste ». Avec nos produits, nous souhaitons vraiment laisser carte blanche à nos clients pour qu’ils puissent s’exprimer librement à travers les figurines qu’ils finiront par cacher dans leurs produits.

Ensuite, dans un second temps, nous allons pratiquer la sérigraphie directement sur un chrome (un métal blanc) pour dessiner la forme du visage et la silhouette de la future fève. Une fois passée dans un four à 800 degrés, nos miniatures sont retravaillées et vérifiées une par une.

Pour qu’elles soient vendues, elles doivent mesurer entre 6 et 7 centimètres carrés.« 

Avec combien de boulangeries travaillez-vous ?

« En 2023, ce sont 600 boulangeries qui ont fait le choix de travailler avec nous. À travers elles, on retrouve des grandes chaînes comme des petits boulangers de villages. Nos clients font appel à nos services car ils savent qu’ils peuvent s’exprimer librement sur leurs fèves.

Comme nous fabriquons plus d’un million de fèves, les commandes s’étalent du mois de juin à mi-octobre. Après cette période, il est difficile pour nous de livrer dans les délais. En effet, nos produits sont personnalisés et nous n’avons pas de stock. »

Depuis quand fabriquez-vous vos fèves en France ?

« Nous fabriquons en France depuis plus de 10 ans. Nos produits mettent en valeur le local et les circuits courts. Il n’aurait eu aucun sens de continuer de fabriquer nos figurines à l’autre bout du monde. Dimanche, plus de 80 millions de galettes seront mangées en France et 95 % d’entre elles posséderont une fève fabriquée en Asie. La crise du Covid a renforcé l’envie de consommer français, avec une tendance à la réindustrialisation et à la relocalisation.

Au-delà d’une fabrication française, nous souhaitions également travailler avec une entreprise adaptée de Fontaine-en-Isère (Fontaine Insertion). Chaque année, 15 employés travaillent chez nous de juillet à janvier, avec rigueur et précision. »

Quel est l'intérêt des français pour la fête des Rois ?

« Nous avons réalisé plusieurs enquêtes à ce sujet l’année dernière et nous avons conclu que :

  • 9 français sur 10 ont consommé ou acheté́ au moins une galette des Rois en janvier 2023.
  • 61 % des français achètent au moins une galette chez un artisan pâtissier ou boulanger.
  • Les français sont prêts à payer le double pour une galette artisanale.
  • 1⁄4 des français pensent à tort que les fèves sont majoritairement fabriquées en France.
  • Plus de 2/3 des français sont prêts à payer plus cher une galette contenant une fève made in France.
  • 90% des consommateurs de galettes des Rois conservent la fève lorsqu’ils l’ont trouvée.« 

Marques de France - Avatar - Baptiste Chuzeville

Contenu rédigé par Baptiste Chuzeville

Fraichement diplômé d’un bachelor Journalisme au sein de l’ISCPA de Lyon, qu’il avait terminé par un stage de 5 mois au sein de notre rédaction, Baptiste s’est dirigé vers un master à l’ISFJ Lyon. Aujourd’hui alternant, il alimente la page magazine du site.

Publier un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous référençons aussi...
Des marques
Découvrir
Des produits
Découvrir
Des boutiques
Découvrir

Inscrivez-vous à notre « petite lettre »

Vous recevrez régulièrement, par email :

  • Les dernières marques référencées
  • Des reportages
  • Des conseils d'achat
  • Des études et enquêtes
  • Les produits que nous aimons
La petite lettre - Newsletter 20 pulls fabriqués en France pour affronter le froid