K.Jacques est une entreprise familiale, fabriquant des sandales tropéziennes, reconnue Entreprise du Patrimoine vivant.

La naissance

Jacques Keklikian et sa femme Elise, réfugiés arméniens, ouvrent en 1933 un petit magasin-atelier, 39 rue Allard à Saint-Tropez.

Habile de ses mains, Jacques commence à fabriquer des sandales à lanières de cuir. Il dessine sur du carton les pieds de ses amis et de ses clients. Le soir, il découpe dans le cuir la semelle, point de départ pour fabriquer la sandale tropézienne déjà appréciée localement.

Elise apporte à la créativité de son mari, son savoir-faire de couturière. Jacques, d’une grande gentillesse, se fait vite des amis qui viennent dans son atelier. Il a alors 24 ans et toute l’énergie de son jeune âge.

Ses sandales sont épurés, chics et robustes. Très vite, il chaussera les artistes, les peintres, les auteurs, les cinéastes français et étrangers qui, chaque été, se retrouvent à Saint-Tropez. Parmi ses clients, on trouve : Brigitte Bardot, Madeleine Renaud, Françoise Giroud, Joan Collins, Cocteau, Picasso, Colette, Paul Géraldy, Oliver Hardy…

La famille s’agrandira d’une fille, Liliane, et de deux garçons, Georges et Bernard, qui dès qu’ils seront en âge, viendront apporter leur connaissance et leur modernité. Ce sont toujours eux qui, aujourd’hui avec leurs enfants, sont à la tête de la maison K.Jacques. Comme on donne un prénom et un nom à son enfant, Jacques a donné le sien à sa création en le simplifiant afin de pouvoir être retenu par ses clients : ainsi naît, K.JACQUES. Le savoir-faire sera reconnue par l’obtention du label Entreprise du Patrimoine Vivant en 2011.

K.Jacques est une entreprise familiale. Élise et Liliane accueillent les clients et dotent chaque modèle d’un nom qui trouve sa place et son histoire dans le catalogue K.Jacques : Homère, Picon, Epicure, Gandhi, Bikini… Georges accompagne et développe sa créativité au côté de son père. Bernard s’occupe de la gestion et du développement de l’entreprise. Les trois enfants perpétuent le travail de leurs parents. Jacques disparu en 1989, puis Elise en 1997, laissent à ce pays qui les a accueilli, à ce village devenu mythique, un patrimoine culturel et artisanal. Les enfants, petits-enfants et cousins, rejoints par de nouveaux talents, consolident et font rayonner dans le monde les mêmes valeurs : qualité, pérennité, raffinement, audace, éthique et créativité.

Le produit phare

La maison K.Jacques perpétue un savoir-faire devenu rare en fabriquant d’authentiques sandales tropéziennes, reconnu par le label Entreprise du Patrimoine Vivant. Elle partage un certain art de vivre aux travers de ses créations de qualité, élégantes et durables.

Les sandales K.Jacques sont entièrement créées et fabriquées dans l’atelier artisanal en suivant les procédés traditionnels de fabrication transmis depuis 1933 par la même famille. Chaque élément constitutif de la sandale est élaboré dans les locaux de Saint-Tropez avec des cuirs et des matériaux méticuleusement sélectionnés pour leurs hautes qualités. Une spécificité qui se retrouve dans les créations exclusives en collaboration avec des créateurs de prêt-à-porter reconnus.

Le savoir faire de K.Jacques se caractérise également par un véritable service de personnalisation et de restauration.

K.Jacques Zenobie doré

Le saviez-vous ?

La maison K.Jacques a longtemps chaussé Brigitte Bardot, pour laquelle la maison personnalisait ses sandales selon ses envies.

Depuis, de nombreuses personnalités viennent se chausser chez K.Jacques lorsqu’elles sont installées à Saint-Tropez.

Une clientèle internationale, Michèle Obama a commandé ses paires de K.Jacques par l’intermédiaire de leur revendeur à Chicago. Les sandales ont été fabriquées et livrées exceptionnellement en 3 jours : “Yes, we can” 🙂

K.Jacques Actium lame argent

Où se trouve l'atelier ?

K.Jacques logo

L’atelier est situé dans le Sud de la France, à Saint-Tropez, dans le Var (83).

Un aperçu en images