mARIANNE by Marie Jordane est notre marque du mois !

Catégories

Les barres protéinées et énergétiques made in France

Découvrez les marques qui proposent des barres protéinées pour le sport fabriquées en France. Chaque marque listée ici prépare ses produits en France. Dans ses propres cuisines ou via un atelier partenaire.

Quelles différences entre les barres énergétiques et les barres protéinées ?

Les deux sont souvent utilisées de manière indifférenciée. La barre énergétique comme son nom l’indique doit apporter immédiatement de l’énergie à l’organisme. Elle va donc contenir principalement des glucides souvent sous la forme de sucres rapides (glucides simples) comme le fructose* (sucre des fruits), le lactose (sucre du lait), le saccharose ou sucrose (sucre de la betterave ou de la canne à sucre)…, afin d’être rapidement utilisable pour l’organisme. La barre énergétique doit avoir une action quasiment instantanée pour lutter contre les coups de mou. Dans cette catégorie, on retrouve également les gels énergétiques qui permettent d’avaler du sucre sans mâcher et de maintenir un effet constant, ainsi que les pâtes de fruit. Ainsi les barres énergétiques répondent à un besoin d’apporter du sucre en continu pour maintenir un effort modéré à intense.

Les barres protéinées sont privilégiées avant un effort modéré à intense et après. Pour qu’elles soient pleinement bénéfiques, leur consommation s’anticipe et il ne faut pas attendre la fringale ou l’hypoglycémie. En effet la décomposition d’une barre riche en protéines, en glucides et en lipides nécessitent un temps de métabolisation plus long pour être transformée en source d’énergie pour l’organisme. La barre protéinée intervient dans l’endurance, généralement elle contient 10 à 15g de protéines.

Concrètement, si vous faites du vélo de route et vous vous apprêtez à grimper un col, la barre protéinée se mange avant d’aborder le col et/ou lors de la descente alors que les barres énergétiques se consomment pendant l’ascension.

*Le fructose a souvent une meilleure réputation que le sucre blanc, considéré comme « naturel » puisque naturellement présent dans les fruits. Or le fructose est directement métabolisé par le foie. Ingéré en quantité excessive, principalement à cause de boissons sucrés (jus de fruits) et des cas très particuliers de crudivores – frugivores, le fructose rend le foie malade : un véritable foie gras humain scientifiquement nommé NASH pour Non Alcoolic SteatoHepatitis ou en français StéatoHépatite Non-Alcoolique.

Barres protéinées : quelles sont les sources de protéines ?

Les fruits à coques ou les oléagineux sont particulièrement appréciés pour entrer dans la composition de barres protéinées. Ils sont riches en protéines végétales, en bons lipides ou matières grasses insaturées et plutôt pauvres en glucides. D’où l’intérêt de combiner les barres énergétiques riches en sucres et les barres protéinées.

Par exemple :

  • le beurre de cacahuète contient pour 100g : 25g de protéines, 52,5g de lipides (dont 40g d’acides gras insaturés, qui constituent le fameux « bon gras ») et 16g de glucides.
  • les noix de cajou contiennent pour 100g : 17,4 g de protéines, 48 g de lipides (dont 38 g d’acides gras insaturés) et 21 g de glucides.
  • les noix de pécan contiennent pour 100g : 9,6 g de protéines, 72,6 g de lipides (dont 63,7 g d’acides gras insaturés) et 5,4 g de glucides.
  • les noix de macadamia contiennent pour 100g : 7,9 g de protéines, 75,8 g de lipides (dont 60,2 g d’acides gras insaturés) et 5,2 g de glucides.

(source : Anses, Table Ciqual)

Recette maison pour faire des barres énergétiques et protéinées

Si vous êtes motivé.e et avez le temps, la recette prend moins de 20 minutes à condition d’avoir tous les aliments à portée de main !

Il suffit de concasser sur une plaque un mélange de noix : cajou, macadamia, pécan… avec d’autres fruits à coques que vous affectionnez : amandes, noisettes et pistaches. Pour le côté « bombe » énergétique, vous pouvez ajouter des fruits secs : raisins, baies de goji, abricots… Ils apporteront les sucres rapides.

Enfin liez le tout avec du sirop d’agave, du miel ou encore du beurre de cacahuète. Laissez durcir et cassez la plaque pour obtenir des petites barres à croquer.